Cie Rasposo "La DévOrée" - photo de Laure Villain

Compagnie Rasposo "La DévORée"

La compagnie

La Compagnie Rasposo, créée en 1987, s'inscrit dans le paysage du cirque contemporain depuis 30 ans. Par la mise en valeur des techniques de cirque, elle fait appel à la sensibilité poétique du spectateur, en utilisant une mise en scène théâtrale.  
La quête de soi, la fatalité, la prise de pouvoir, la tragédie familiale, le malaise existentiel, sont les nouveaux axes de recherche sur lesquels la compagnie travaille. 
Dans un monde contemporain qui côtoie différentes formes de brutalité, la Cie Rasposo essaie de rendre visible la violence de ses impressions les plus intimes. À travers le corps circassien et sa mise en danger, elle exprime tout à la fois une délicatesse charnelle, l’impuissance à revenir en arrière, une certaine mélancolie, l’acharnement de la fatalité et la beauté fugitive de l’instant. 
La Cie Rasposo emmène le public en exploration intérieure, à l’intérieur des vies, de ses ressemblances par une vulnérabilité, une nudité. Ainsi, par le concret, elle ouvre les yeux sur la poétique de la vie en changeant d’angle de vue, en s’attachant aux signes insignifiants et aux attitudes.
 

La DévORée

"Mon travail est une recherche autour de l'Intime, ce qui nous ronge, nous dévore de l'intérieur, cette violence que nous portons tous en nous et souvent insondable pour les autres. Je cherche à rendre visible ces mouvements de l'âme, à en percevoir les vibrations. Dans ce projet, j'aborde un paradoxe qui nous traverse tous : Combattre à tout prix ou se laisser atteindre ?
Je m'appuie pour cela, sur l'image que représente la FEMME DE CIRQUE et ce qu'on peut palper de sa féminité vulnérable. J'ai voulu traquer sa faiblesse, son humiliation, ses passions dévorantes, son renoncement, et aborder aussi le sentiment d'abandon. J'ai cherché les points de rencontre entre cette « femme de cirque », tantôt icône inatteignable tantôt femme trop humaine, passionnée et le personnage mythologique de Penthésilée."

* Penthésilée, reine des Amazones, combat Achille. Ils tombent amoureux l'un de l'autre quand elle est blessée par celui-ci. Mais leur orgueil les pousse à se provoquer de nouveau. Dans ce champ de bataille, qui pourrait tout aussi bien, être un lit bouleversé, Penthésilée tue Achille. Dans une rage frénétique, elle le dévore, aidée de sa meute de chiens. Prise de folie, devant l'horreur de son acte, elle se suicide. 

Les musiciens de la compagnie Rasposo accompagnent par des morceaux aux influx nerveux et insolents, les artistes circassiens qui traduisent, par la mise en danger de leur corps, cette instabilité tragique, pour naviguer entre l'univers cru et charnel des tableaux de Francis Bacon et la sophistication ornementale et symbolique de ceux de Gustav Klimt.

© Laure Villain
 

Les prochaines dates

- 10, 11 & 12 mai 2018 : Festival Titirimundi, Ségovia - Espagne
- 18 & 19 mai 2018 : Circo Price, Madrid - Espagne
- 23, 24 et 25 mai 2018 : Festival TAC, Valladolid - Espagne
- 30 & 31 mai, 1er juin 2018 : Théâtre en mai avec le Théâtre Dijon Bourgogne / CDN de Dijon
- 14 au 16 septembre 2018 : Festival Enclave de Calle, Burgos (Espagne)
- 28 & 29 septembre 2018 : Festival Tango, Swing et Bretelles, Montceau-les-Mines (71)
- 11, 12 & 13 octobre 2018 : L’Onde Théâtre, Velizy-Villacoublay (78)
- 31 octobre au 3 novembre 2018 : Palais des Beaux-Arts de Charleroi (Belgique)

Posté le 23/04/18